Et à la fin, les déchets, on en fait quoi ?

Thématiques : 
1479 lectures
Consommer durablement, c'est faire attention à soi et à la planète. Mais cela ne passe pas que par les circuits courts, la bio, ... C'est aussi travailler sur les déchets : les réduire à la source, voire les supprimer, et les retraiter au mieux pour les inévitables... Voici quelques pistes pour améliorer les choses sur lesquelles des acteurs ESS du département agissent dès maintenant (et parfois depuis déjà longtemps !).

Depuis quelques années nous avons  fait d'énormes progrès dans le tri et la collecte de nos déchets.
Verre d'abord, puis papier, carton, plastique... Une prise de conscience forte que nos déchets nous envahissent et que le recyclage s'impose car notre planète et donc nos ressources ne sont pas extensibles à volonté.
 
Tout le monde sera d'accord, le déchet le moins polluant reste quand même celui que l'on n'engendre pas... certes, mais en pratique ?
 
L'emballage est fait pour protéger le produit et pour le rendre transportable...c'est sûr, mais pas uniquement!
Le marketing, d'autant plus dans la sphère alimentaire, se sert de l'emballage comme d'un support de communication à part entière, pour se différencier de la concurrence ou bien pour s'exprimer dans des codes reconnus par les consommateurs.
Il s'agit donc d'ajouter une boite en carton quand il n'y en avait pas, d'augmenter la taille de ces boites pour qu'elles soient plus visibles en magasin (même s'il s'agit parfois d'augmenter le vide), ou  encore par exemple de donner des couleurs aux bouteilles en plastique (les rendant parfois non-recyclables).
Par ailleurs, pour répondre aux besoins des (sur)actifs, les sociétés agroalimentaires développent des solutions de consommation nomades en portions préemballées, des repas unitaires en bols, avec les couverts... et le carton qui va avec !
Bref, beaucoup d'inventions... qui inventent surtout des déchets. C'est là que notre rôle de consomm'acteur est déterminant : nous avons toujours le choix.
 
Le choix du produit qui possède le moins d'emballages (exemple : thé en vrac plutôt qu'en sachet), le choix de cuisiner soi-même plutôt que d'acheter des plats préparés... Si nos achats se réorientent, les chances sont fortes que cela invitera les industriels à revisiter leur stratégie.
 
Pour aller plus loin, la vente de produits en vrac ou à la coupe est une solution simple et économique pour réduire ses déchets. L'offre est déjà large et se développe encore, notamment dans les magasins biologiques. Vous n'aurez aucun mal à trouver : pâtes, riz, légumineuses, farine, sucre, thé, café, céréales ou encre biscuits en vrac. Certaines enseignes proposent même des produits liquides comme de l'huile, du vinaigre, du tamari en libre-service, ou encore des épices, du thé et des tisanes au détail. Et tant qu'à faire, autant réutiliser ses propres emballages : sac de course (bien sûr), boites à œufs, bouteilles d'huile, sachets en papier, boites alimentaires... Bref, réduire ses déchets à la source c'est aussi prendre le réflexe de ne plus faire ses courses les mains vides !
 
Pour aller plus loin : ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-reduire-ses-dechets-et-bien-les-jeter.pdf

par Laure-Hélène Viallon, du GRAP / Super Halle d'Oullins

Le retour des bouteilles consignées ?

Contrairement à la tendance actuelle française du verre perdu à usage unique, le lavage des bouteilles s'impose localement pour un plus grand respect de l'environnement et une diminution importante des déchets. C'est une opération viable par son moindre coût économique, utilisant 5 fois moins d'énergie, avec un coût environnemental 8 fois moindre et même l'utilisation d'eau est inférieure en lavant la bouteille. Il suffit que le transport soit réduit. L'association ONDINE a démarré le 2 mars 2015 une étude technique pour mettre en place un système de lavage pérenne sur la région lyonnaise.

Plus d'infos : ondine.info

Par Michel Gontier, Ondine

 

Fête le compost !

Chaque année, les déchets alimentaires représentent près de la moitié de la poubelle moyenne d’un ménage. Ces déchets seront enfouis ou incinérés alors qu’il existe des solutions alternatives.
Dans le cadre de l’appel à projet «Rhônalpins Ecocitoyens », Aremacs invite les festivaliers à broyer leurs restes alimentaires et la vaisselle compostable.  La finalité du projet ? Impliquer les citoyens pour qu’ils adoptent les gestes simples de compostage individuel ou collectif. Le résultat, dès avril sur les événements rhônalpins !
 
Plus d'infos : aremacs.com
 
Par Emilie Faure, Woodstower

 

A propos de l'auteur

Locaux Motiv'

Locaux Motiv' est un tiers-lieu, un espace mutualisé d'animation et de coopération ouvert aux structures collectives, formelles ou informelles, et individuelles.

Vous trouverez dans cet espace situé sur la Place Mazagran, des salles de réunion ou de formation à louer, des bureaux fixes...

Coordonnées

Locaux Motiv’
10 bis rue Jangot
69007 LYON
Email