Faire de la recherche et de l'innovation en « communs »

Thématiques : 
767 lectures
Produire collectivement, partager et diffuser la connaissance et l'innovation est devenu aujourd’hui un enjeu majeur de nos sociétés contemporaines. Cet enjeu s’est cristallisé ces dernières années autour de la notion de « communs », qui, du logiciel libre au « fablab » en passant par les sciences ouvertes et participatives, a montré que la connaissance et son vecteur, l’information, pouvait être appropriée et développée grâce à des alternatives économiques, écologiques et sociales. Depuis quelques mois, un collectif lyonnais composé principalement d'artistes, de makers et de chercheurs, s'est lancé dans la création d'un  « tiers espace scientifique » pluridisciplinaire visant à développer une activité socio-économique  (études, recherches, prototypages, formations, conseils, services collaboratifs, etc.) en partant des acquis de l'économie sociale et solidaire, de l'économie collaborative et de l'économie de la connaissance.
Cette initiative est née d'un besoin de décloisonner la production et la diffusion actuelle de la recherche et de l'innovation. Les enclosures sont en effet une idée fondatrice des communs. Les enclosures désignent au départ une privatisation accrue des terres communales en Europe au XVe et XVIe siècle, notamment en Angleterre. Ces privatisations transforment un système commun de coopération et de gestion par un régime de propriété privée des terres, marquant également la fin d'un droit d'usage et donc la possibilité de tirer bénéfice de ces terres pour les agriculteurs. En référence à cette période, on peut comparer l'extension continue des droits de propriété intellectuelle sur la connaissance comme le brevet sur les mathématiques, l'informatique, le vivant ou l'information, à un « second mouvement d'enclosures ». Le symbole moderne de ces nouvelles enclosures est l'exploitation exclusive des semences ou des plantes qui ont ont été préalablement brevetées par des groupes industriels comme Monsento. Mais il existe aussi d'autres formes d'enclosures dans ce secteur : des publications scientifiques et des données numériques issues de la recherche inaccessibles à tous, des connaissances produites par des citoyens mais dont la valeur ne sert qu'à des fins strictement mercantiles (ubérisation de la société), un productivisme effréné fondé sur la techno-science et reposant sur une vision exponentielle du progrès sans tenir compte de la rareté des ressources et pariant sur une flexibilité et une précarisation accrues du métier de chercheur, etc.
Fort de ces constats, des formes alternatives de production et de diffusion de la connaissance scientifique ont vu le jour.
Poussés par des mouvements issus des sciences citoyennes, de l'open science et de l'open access, par les slows sciences, par l'univers des « fablabs » ou des friches artistiques, ces alternatives offrent potentiellement la possibilité à tout un chacun, d'une part, de co-produire des données comme sur le site Tela Botanica, ou de diffuser de la connaissance de manière collaborative - tout le monde utilise désormais Wikipedia. Aujourd'hui l'enjeu des communs de la connaissance n'est pas seulement d'ouvrir des ressources (données, publications, codes logiciel, formations, etc.) à tous.
 
Il est surtout de créer des communs, au sens de processus communs, pou co-produire ensemble des savoirs tout en garantissant une gouvernance partagée des processus de production et de diffusion de la connaissance scientifique assurant l'accessibilité libre des ressources (avec des licences « creative commons » par exemple. L'appropriation de l'environnement (en particulier numérique) de production et de diffusion de la connaissance est une condition sine qua non de la mise en place d'une gouvernance partagée animée par la finalité sociale et environnementale poursuivie par les communs de la connaissance scientifique.
 
Pour en savoir plus :
    sur les communs de la connaissance  : Savoirs communs : https://www.savoirscom1.info/ , VECAM : http://vecam.org
    Sur les creatives commons : http://wiki.creativecommons.org/Science
    sur les sciences citoyennes : http://sciencescitoyennes.org/

A propos de l'auteur

Coexiscience

Coexiscience est un collectif ouvert à toute discipline et à tout public et visant une bonne articulation entre recherche scientifique et innovation sociale, économique et environnementale.

Coexiscience est née d’un constat : la science est aujourd’hui cloisonnée,

...

Coordonnées

Locaux Motiv'
10 bis rue Jangot
69007 Lyon
Tél : 
0630993614
Email